Et voilà c'est reparti pour un nouvel épisode.


Nous sommes partis de Reillanne depuis une semaine déjà. J’écris ce texte, à l’ombre sur la plage face à la mer à  Karystos sur l'île d'Evia (Eubée ) à l'est d'Athenes.

Karystos 07092018Ni


Nous attendons que Panagiotis revienne bosser vers 17h30. C'est le patron du petit chantier naval du village qui va nous garder le fourgon pendant que nous  naviguerons de la mer Ionienne jusqu'ici où India passera l'hiver. J'ai eu ce plan grâce à Roland, un français qui vit ici, connu par Internet sur le forum des Feeling. Nous avons rdv avec lui ce soir.  


Retour en arrière Chapitre 1, le trajet.
Samedi 1e septembre. On est arrivé à décoller avec le fourgon d'accord seulement  en début d'après-midi. On a commencé par partir vers le Nord, direction la Drôme où nous étions invités à la fiesta de « fiançailles «  de Charlotte (une vieille copine de Marie, époque Grenoble) et de Gilles. Le rdv était dans une brasserie artisanale en pleine campagne. Soirée très sympa qui a fini tôt dimanche matin.
Nous étions à quelques minutes de Cobonne où habite Gérard notre compère de navigations lointaines sur Soualé, le bateau d'Alain. On ne pouvait pas passer devant sa porte sans nous arrêter un moment. Ce qui nous a permis de rencontrer son fils adoptif de Côte d'Ivoire et sa famille. Il est prof à l’école vétérinaire de Lyon.

Ensuite on est allé à Dieulefit chez Chris, le frère de Marie, un bon moment sympa comme toujours, nuit dans le fourgon au bord de la rivière.On lui a amené ce que l’on a glané dans les vide greniers pour compléter son aménagement.. tapis, tentures, draps, couverts….

Lundi après un super brunch chez Chris, cap à l'est par Briançon,  Turin, etc… pour prendre le ferry à Ancona mardi. En attendant le ferry un petit tour au marché,  (ou Marie a trouvé une jolie robe en laine pour l'hiver), une glace italienne et embarquement dans l'après-midi pour arriver mercredi au matin à Igoumenitsa.  Premier coucher de soleil en mer de la saison.

20180904_192707

Juste la 5e fois que je fais ce trajet dans un sens ou dans l'autre cette année. On retrouve la température d'été, les odeurs et  les paysages connus juste un peu plus secs qu'en partant. Mais tout de même verts, on voit qu'il a plu un peu comme chez nous.


En début d'après-midi nous voici sur India, on commence à ranger et…. Que vois-je ? un joli creux dans la coque sous le patin d'une béquille. C'est quoi encore ce truc ? Le bateau a été mal calé en juillet  et je n'ai pas fait gaffe aux endroits où ils ont posé les béquilles,  laissant faire les pros. Les boules ! Difficile de rester cool. Trop tard pour aller voir le boss du port à sec ils ferment à 15h…. Photos , mesures, appel à Super Philippe pour avoir son avis d'expert même à distance.

20180908_224621

Jeudi je suis à l'ouverture devant le bureau, j'attends que le chef vienne voir. Siga siga, ils boivent le café sans doute en préparant la journée. Finalement ils viennent recaler India, la coque reprend à peu près sa forme… Wait  and see,  Inch Allah, croisons  les doigts en touchant du bois.

Dans la soirée on prend la route vers Athènes et Karystos, 7h de route, on dormira en chemin à Missolonghi où je voulais faire un repérage pour y faire escale, on y était passé avec Soualé en 2013. Bof…. on a bien fait de venir le détour ne vaut pas le coup.  Seule l'arrivée par le chenal bordé de cabanes sur pilotis est sympa, si je me souviens bien.


Levés avec le jour, on prend le temps d'une tiropita, d'un fresco portokali (voir les épisodes précédents pour la traduction) et d'un café au coin d'une rue. C'est sympa de voir les gens démarrer leur journée : ceux qui sortent de la boulangerie, celle qui s'arrête déposer sa fille, celui qui se gare en double file pour s'acheter un fredo espresso (avec une paille et un gobelet en plastique qui risque bien de finir sur le bord de la route vu ce qu'on voit partout). On the road again, on arrive dans le Péloponnèse par le grand pont de Patras qui traverse le golfe et on repassera en Attique par un pont du canal de Corinthe qui vaut le coup d'œil : une belle tranchée de 6kms, 70m de haut et 25m de large. C'est plus impressionnant que la photo.

20180907_100451


On contourne Athènes par le nord, raffineries,  usines, paysages de banlieue  pour rejoindre Rafina où on prend le temps d'attendre le ferry pour Evia. Pas un voilier sur l'eau. On en verra quand même quelques uns au mouillage en arrivant. Encore quelques kms et nous voici à Karystos. Prise de contact avec Panagiotis. La première impression du chantier naval,  un joyeux petit bordel à la grecque, qui ressemble un peu à ce qu'on a connu au Sénégal. Des bateaux de pêche,  des Zodiacs rutilants, des remorques partout, une clôture inachevée depuis longtemps les poteaux sont en place depuis deux ans mais pas le grillage, mais le soir le portail est fermé à clé, sécurité, sécurité.  Une dizaine de voiliers à  terre dont des gros, ça  rassure un peu car s'ils arrivent à sortir de l'eau d'aussi gros bateaux, avec le nfôtre ça devrait le faire. Panagiotis a l'air sympa. On verra bien…

Bon c’est l'heure de l'apéro avec Roland. On a rdv sur Fulmar son voilier un feeling 1090. Un bateau de 1989 nickel, comme neuf. Ensuite il part répéter avec une chorale grecque la 1ere à lieu dans 15 jours au cours d'une rencontre de chœurs à Karistos. .. Des chants de Theodorakis,…ils doivent aussi chanter à Mikonos le 24 octobre.. Qu'on se le dise… Peu ou pas de meltem depuis 3 ans.. Mais des vents forts du nord un peu imprévisibles ..
On se retrouve après la répé pour manger un bout ensemble.. Resto hors du Front de mer, où il n'y a que des grecs, on mange dans la rue. Discussions à bâtons rompus jusque tard. Nuit dans le fourgon au bord de la plage sous les grands tamaris. A côté 3 jeunes cyclorandonneurs dorment sur la plage. des

Samedi matin 8h nous voilà au chantier de Panagiotis, on gare le fourgon entre deux gros bateaux, il sera ainsi un peu à l'ombre pendant un bon mois et demi. Panagiotis nous conduit au ferry dans son gros 4X4 Jeep. Il conduit d'une main et boit  son café en roulant comme souvent ici. Sinon sur l'autoroute quand on voit une voiture sur la voie centrale qui ne roule pas très vite, c’est que le conducteur est au téléphone, par prudence sur la voie du milieu on ne risque pas d'aller sur les glissières à droite ou à gauche et les autres voitures ont la place de doubler d'un côté ou de l’autre.. ..  
Après 11h de voyage nous voici de retour au bateau : 4x4, ferry, bus, puis dans Athènes un taxi qui ne nous a pas amené au bon endroit, 2e taxi, 2e bus plus petit pendant 5 h, un peu de marche à pied et du stop.

On n'a pas vu grand-chose d'Athènes mais à la différence d'autres capitales les conducteurs n'ont pas l’air de trop s'énerver,  les piétons ne courent pas pour traverser ou rejoindre le métro. A confirmer lors d'une prochaine visite.


Partis depuis samedi dernier de la maison, on a voyagé tous les jours… plus de 3000kms parcourus. Demain changement d'activité : on prépare le bateau.
 

Retour sur India qui nous attend tranquouile. Il fait une chaleur à 21H…L'orage tourne au nord, ciel magnifique d'énormes nuages lourds gris noirs avec alternance de plus légers rosés par le soleil couchant.. splendide.  
On se pose avant de dormir et là je sens des micros secousses qui durent 2, 3 secondes assez régulièrement pendant une bonne heure. Ce matin plus rien. Jean Jacques me dit que c’est la terre qui tremble…
Aujourd'hui dimanche5  changement d'activité : on prépare le bateau.